Ajouter

Monster in the closet


Après avoir vu «Monster in the closet», édité ce mois-ci par UGC Vidéo, vous n’ouvrirez plus un placard (closet in english) ou une armoire sans avoir quelques sueurs froides, suivies d’un énorme éclat de rire. C’est la base de cette parodie de films d’horreur, aux multiples facettes, où angoisse et suspense riment avec burlesque et fantaisie. Un plaisir fantastique, dans tous les sens du terme…

Monster in the closetSi le fantastique a, depuis longtemps, son festival, ses classiques et ses monstres sacrés (c’est le cas de le dire), il faut bien constater que le département parodie compte plus de séries Z que de véritables petits chefs-d’œuvre. Il faut remonter à «Schlock» et, plus récemment, au «Bal des vampires» ou à «Galaxina» pour sentir monter le plaisir… entre nos deux oreilles. Heureusement, il y a une compagnie cinématographique américaine, spécialisée dans les séries B d’envergure, qui a su faire la part belle à ce genre dans le genre. C’est avec de gros moyens qu’elle a permis à ce «Monster in the closet» de voir le jour et de devenir une série A, dévastatrice à souhait. Nous n’avions pas pris un tel plaisir depuis le «Beetlejuice» (Warner) de Tim Burton (Coup de cœur de novembre). Faisons tout de suite un (mauvais) sort à l’histoire. La petite ville universitaire de ChestnutHills, près de San Francisco, vit dans la terreur. Une série de meurtres étranges a eu lieu dans… des placards. Richard, un journaliste local, convainc son patron de faire une enquête sur l’affaire, qui prend en quelques jours d’importantes et sanglantes proportions. Dans le même temps, l’excentrique Dr Pennyworth et Diane, le professeur de biologie, tentent de faire comprendre au shérif Ketchum que c’est un monstre venu d’un autre monde qui perpétue ces crimes. La créature apparaît enfin, et l’armée intervient sans succès avant de faire évacuer la ville. Seuls Richard et Diane restent pour tenter d’exterminer le monstre qui ne menace rien moins que l’ensemble de la planète… Cette histoire à la structure classique laisse libre cours au pastiche et c’est un véritable catalogue de références (personnages, situations, dialogues, etc.), puisées dans le cinéma fantastique des années 50-60, auquel on a droit. En vrac, le monstre évoque tour à tour Godzilla, la créature du lac noir et même King Kong ; le couple héros a tous les tics de Clark Kent-Lois Lane dans «Superman»; le savant fou (la tronche d’Einstein) veut entrer en communication avec l’«être différent» comme dans toutes les séries B; le prêtre est toujours prêt à brandir le crucifix comme une ultime protection; le chef de l’armée, violent et patriote, ne pense qu’à exterminer la bête, etc. On passerait un bon moment à évoquer toutes les parodies de scènes historiques, de la mythique et hitchcockienne séquence de la douche jusqu’à la prise «en main» amoureuse par le monstre (serait-ce une femelle?), du héros, à la mode King Kong, en passant par la transposition du fameux orgue de Spielberg, dans «Rencontres du troisième type», en xylophone. Le résultat, c’est une avalanche de gags où l’absurde et le non-sens règnent en maîtres. Dans ce contexte, les acteurs s’en donnent à cœur joie. En dehors de l’illustre John Carradine («Cléopâtre», «La chevauchée fantastique », «Les dix commandements», «L’homme qui tua Liberty Valance»), on retrouve quelques-uns des meilleurs seconds rôles du cinéma et des séries TV comme Howard Duff, Claude Akins et Donald Moffat. C’est Bob Dahlin qui dirige tout ce petit monde avec brio. Il a travaillé comme assistant-réalisateur de grands noms du cinéma comme Robert Altman, Jonathan Demme, Tony Richardson, Richard Lester ou Richard Brooks. Il signe là son premier long métrage en ayant fait preuve, dès l’écriture du scénario, d’une connaissance profonde du sujet et d’un sens inné de l’exploitation humoristique. Les effets spéciaux sont eux aussi très soignés et l’on sent que ce film n’a pas été fait avec des bouts de chandelle. Que dire encore si vous n’êtes pas convaincus? Ecoutez très vite les émissions de Skyrock, qui font la part belle à ce Coup de cœur à savourer d’urgence. Une dernière chose, fermez bien vos placards avant de visionner cette cassette. On ne sait jamais…

No comments yet.

Respond

get in on the action.

* Required