Add

Un zoo, la nuit


Un zoo, la nuit Climat étrange et fascinant que celui d » Un zoo, la nuit ». Montréal. Les gratte-ciel modernes semblent loin, inaccessibles. Le héros du film, jeune musicien complètement paumé, évolue dans une ville où le quotidien, sordide, aurait décidé de rejoindre l’Apocalypse au pas de course. Il sort de prison, il rêve d’aller loin. Mais, pour le moment, il est coincé par ses racines. Deux « amis » dealers qui sont prêts à toutes les violences physiques pour récupérer un certain paquet. Un père, prêt à toutes les violences sentimentales pour récupérer et sortir son fils de l’ornière. Entre père et fils, s’établit une relation de tendresse et de découverte réciproque tout à fait bouleversante, loin de la ville, sur un lac à pêche que toute la corruption du monde n’a pas pu encore atteindre. Mais le monde de la nuit urbaine est là, comme une « sirène », comme un maelström auquel il est dur de résister : monde de corruption, d’épaves et de paumés. Pour cette balade à fleur de peau, Jean-Claude Lauzon a trouvé les couleurs et le ton justes, entre poésie et naïveté, entre angoisse sourde et violence ouverte, en humour glacé et grand rire libérateur. Une vraie écriture cinématographique, à découvrir d’urgence.

Pas encore de commentaire.

Respond

get in on the action.

* Required