Category: Passions

0

Enfin je refais du sport à la maison avec mon tapis de marche !


Le tapis de marche est un appareil de remise ou de maintien en forme, qui convient à toute personne voulant maintenir sa forme, perdre du poids ou bien une remise en forme. Vous pouvez l’utilisez chez vous si vous souhaitez investir dans un tapis de marche, comme vous pouvez le trouver dans une salle de sport ou bien dans un centre de remise en forme. Il se compose d’un guidon avec un tableau de bord et une multitudes de boutons qui serviront aux choix du ou des programmes que vous souhaitez faire lors de votre séance. Vous retrouverez sur la partie basse le tapis de marche qui sera l’élément principale de l’appareil celle qui vous fera transpirez ou celle qui vous fera votre remise en forme tranquillement. Le tapis de marche est devenu un incontournable et un indispensable des particuliers qui veulent faire du sport chez soi.

Choisir le tapis de marche qui vous conviendra, oui mais comment?

C’est un des appareils le plus complet que vous puissiez trouver sur le marché du sport. Vous trouverez différents modèles de tapis de marche qui s’adaptent selon les besoins de chacuns. Certains tapis de marches auront divers programmations allant de la simple marche plus ou moins rapide avec petite élévation, d’autres auront une inclinaison plus importante, avec une vitesse plus rapide et des programmes adaptés selon ce que vous voulez travailler. De plus, toute votre petite famille pourra l’utiliser. Votre tapis de marche saura alors rentabilisé car même si il existe différents modèles à différents prix, ce tapis à un certain coût mais il reviendra quand même beaucoup moins cher qu’une inscription à la salle de sport à l’année. Continue Reading

0

Suis fan de photos, j’ai acheté une imprimante portable


Nos ordinateurs et Smartphones sont remplis de nos photos que nous aimerions parfois tirer pour les garder de façon physique. Pour se faire, vous étiez tous tenté d’aller chez un professionnel pour le tirage ce qui engendrerait des coûts non négligeable. Mais aujourd’hui, vous n’avez plus besoin d’aller obligatoirement chez un professionnel avant de tirer vos photos. Oui grâce à l’évolution de la science, il existe maintenant un appareil vous facilitant le tirage de vos photos. Il s’agit de l’imprimante photo portable.

Que faut-il savoir à propos de l’imprimante photo portable ?

Une imprimante photo portable est un appareil qui vous permet de tirer vos photos qui sont dans la galerie de vos Smartphones (https://tranquille-life.com/imprimante-photo-portable/). L’une des particularités de cet appareil est sa taille car il est assez petit vous donnant la possibilité de le transporter partout sans qu’il ne vous encombre. De plus, tous ses tirages sont à couleurs et il est utilisable partout et à n’importe quel moment. Notons qu’il en existe plusieurs modèles sur le marché et chacun est doté de caractéristiques assez étonnantes. Continue Reading

0

Ma passion, bricoler ma voiture


Vous avez entendu parler de la valise diagnostic et vous vous demandez ce que c’est et à quoi il peut bien servir. La lecture de cet article vous permettra de trouver des réponses à vos questions.

Qu’est ce qu’une valise diagnostic ?

Une valise diagnostic est une espèce d’ordinateur qui vous permet de diagnostiquer les pannes de votre voiture. Telle que pour savoir ce que l’on a, on fait des analyses à l’hôpital, la valise diagnostic est l’appareil qui vous donne en un temps record les maux dont souffre votre véhicule. Composé d’un écran, d’un câble et d’un logiciel spécifique (composé d’une suite de codes écrit par les fabricants automobiles) , la valise diagnostic est destinée pour chaque type de voiture. Mais afin d’éviter de vous encombrer avec plusieurs appareils, des valises diagnostic multimarques ont été conçu ; ce qui vous permet de l’utiliser sur différentes voitures. Il suffit de brancher la valise diagnostic au véhicule, et elle se charge de faire le tour du moteur afin de vous informer. Nombreux sont les avantages qui caractérisent la valise diagnostic, mais parcourons un peu les raisons lesquelles vous devez acheter une valise diagnostic. Continue Reading

0

L’Odyssée de l’automobile au cinéma


autoLe cinéma sans l’automobile ne serait pas tout à fait ce qu’il est. Peut-on imaginer le film noir sans les limousines cossues et courbes des années 40? Que pourrait faire une pin up hollywoodienne aux cheveux platine si elle ne descendait, cuisses dénudées et fume-cigarette destroyer, d’une Impala 59 longue comme un porte-avions ? Les chasses à l’homme du polar auraient-elles réinventé quelque part l’âme du western sans la sacralisation du cheval vapeur qui, tout en donnant des émotions fortes aux bipèdes, meuble les temps morts et les ban-des-son des scénarios qui s’assoupissent. Le cinéma comique des deux côtés de l’Atlantique aurait-il les mêmes ressorts inusables sans les carambolages, les éclatements, les tonneaux, les plongeons, les envols, transformations à vue et autres sublimations de tout ce qui roule sous le label d’« automobile s? L’argent, la réussite… et Dallas se-raient-ils aussi parfaitement dépeints sur les écrans du monde entier si les friqués marchaient à pied au lieu de rouler en Rolls, Ferrari, Porsche, Mercedes laquées de dix-sept couches de peinture cellulosique. Non, décidément, sans l’automobile-star, le cinéma ne serait pas ce qu’il est. L’auto-star, c’est une réalité enivrante et c’est aussi, à l’heure où le Salon de Paris vient d’ouvrir ses portes, le sujet-phare de ce numéro. Sujet infini que nous avons découpé en thèmes pour un meilleur agrément de lecture. Découvrez avec nous et nous l’espérons avec plaisir le rôle de l’automobile dans la comédie, dans la saga des polars et des thrillers, les films sur fond de compétition, le monde sophistiqué des trucages et, en final, les séries TV où l’automobile est indissociable des grands héros populaires. Contact et… moteur !

0

Omega syndrome


Omega syndrome Jessie, la fille de Jack Corbett, un vétéran du Vietnam devenu journaliste, est enlevée lors d’un hold-up dans un supermarché de Los Angeles. Les kidnappeurs ne sont autres que les membres d’Oméga, un redoutable groupe de terroristes néo-nazis qui, par des attentats sanglants, tente d’instaurer le « pouvoir blanc » à Hollywood. Face à l’impuissance des forces de l’ordre, Corbett fait appel à un ancien inspecteur des forces spéciales pour essayer de délivrer Jessie. Ensemble, ils vont remonter la filière pour démanteler Oméga. Ce film signé Joseph Manduke (ancien assistant d’Elia Kazan, Robert Wise, John Huston…) est un polar de série mené à train d’enfer. Les cascades se succèdent à un rythme effréné, ce qui nous offre une action qui jamais ne retombe. Ken Wahl (Jack Corbett) fut le partenaire de Paul Newman dans» Le policeman », et la vedette de » Un Flic dans la Mafia ». C’est dire s’il est allé à bonne école. Enquête, suspense, action, le cocktail prend bien et nul ne s’en plaindra. De quoi passer un agréable moment, malgré un trop plein de croix gammées.

Les maître de la mort

Bel exemple de coproduction en accord avec le sujet. Les réalisateurs américains, Scott Thomas, et japonais, Lee Doo Yong, ainsi qu’une distribution américano-nipponne, se sont mis au service de ce film d’action jouant à la fois sur le polar et le film d’arts martiaux. De l’action, toujours de l’action. Et du rythme ! Point de temps morts, ici. On kidnappe un savant qui détient le secret de sa nouvelle invention : une arme de mort à grande échelle. Un flic de Los Angeles part en chasse.., pour découvrir que les vilains kidnappeurs sont des agents de la CIA corrompus de mèche avec la Mafia japonaise. Aidé par son al-ter-ego coréen, le flic de L.A. passe à l’action. Les Ninjas sortent les sabres et leurs gadgets mortels. Pas subtil, mais très efficacement réalisé. On a aussi le plaisir de retrouver Sam Jones qui fut un blond décoloré « Flash Gordon », avant de se voir enterrer avec l’insuccès du film. Et Linda Blair loin de « L’exorciste », mais proche de toutes ces séries B d’action où elle tente vainement de trouver un second souffle.

0

Sens unique


Sens unique Mystère au Pentagone ! Kevin Costner, qui fut la révélation des « Incorruptibles » dans le rôle d’Eliot Ness, incarne ici un lieutenant de l’US Navy qui, s’étant fait remarquer par sa conduite héroïque, est distingué par le ministre de la Défense (Gene Hackman). Celui-ci lui confie, dans ses services, un poste de confiance : il s’agit de démêler le vrai du faux dans une sombre intrigue de crédits militaires, de marché d’armements et de vrai-faux rapport de la CIA sur les progrès de l’Armée Rouge. Là-dessus se greffe une histoire de cœur. Notre officier se paie une idylle avec la sublime Susan (comment ne pas craquer pour la délicieuse, la pétillante Sean Young?( qui ne lui cache pas qu’elle est entretenue par un puissant personnage. Nous savons, mais notre héros ne levait pas, qu’il s’agit de Gene Hack-man lui-même. La jalousie s’en mêle et c’est le drame. Mais chut ! Ce ne sera que la première surprise d’une série hallucinante de rebondissements, jusqu’au coup de théâtre final. Sachez seulement que Costner sera chargé d’enquêter sur un meurtre dont il est, sinon le coupable, du moins le suspect N° 1. Piège infernal ! A coup sûr, un des meilleurs films américains de ces derniers temps.

La maison assassinée

La maison assassinéeL’auberge de la Burlière, quelque part dans le Midi, c’est un peu I’« Auberge rouge » de sinistre mémoire. En 1896, la nuit de la St-Michel, on y a découvert l’aubergiste et sa famille, assassinés. Le temps a passé. La grande guerre a éclaté. Et puis, vingt-quatre ans après le drame, un jeune homme est arrivé. C’est lui qui, encore nourrisson, a échappé jadis à ce massacre. Alors, on le comprend, il veut découvrir la vérité. Percer le lourd secret qui plane sur le village. Briser la loi du silence qui unit ses habitants contre l’intrus. Alors, ceux qui veulent parler commencent à mourir mystérieusement. Sorcellerie, envoûtement ? Le mystère s’épaissit et, bizarrement, Séraphin se met à détruire la maison du crime. Comme s’il avait une idée derrière la tête. Et dès lors, nous irons de surprise en révélation. A l’origine de ce film inhabituel pour Georges Lautner, il y a un roman de Pierre Magnan, un polar historique très astucieux, situé en 1920. Captivant. Et Lautner a retrouvé ce qui faisait le charme du cinéma français des années 30/40 : le goût des dialogues ciselés et des comédiens bien choisis. Mention spéciale aux» trois grâces «qui évoluent ici autour de l’orphelin-justicier : Agnès Blanchot, aperçue dans « Scout toujours », d’une fraîcheur et d’une spontanéité rares, Anne Brochet, moins gnangnan que dans « Masques » de Chabrol, émouvante, et l’étonnante Ingrid Held, qui fut la vedette de « Ennemis intimes ». En jeune veuve insolente, ardente, attirante, elle crève l’écran.

0

Un zoo, la nuit


Un zoo, la nuit Climat étrange et fascinant que celui d » Un zoo, la nuit ». Montréal. Les gratte-ciel modernes semblent loin, inaccessibles. Le héros du film, jeune musicien complètement paumé, évolue dans une ville où le quotidien, sordide, aurait décidé de rejoindre l’Apocalypse au pas de course. Il sort de prison, il rêve d’aller loin. Mais, pour le moment, il est coincé par ses racines. Deux « amis » dealers qui sont prêts à toutes les violences physiques pour récupérer un certain paquet. Un père, prêt à toutes les violences sentimentales pour récupérer et sortir son fils de l’ornière. Entre père et fils, s’établit une relation de tendresse et de découverte réciproque tout à fait bouleversante, loin de la ville, sur un lac à pêche que toute la corruption du monde n’a pas pu encore atteindre. Mais le monde de la nuit urbaine est là, comme une « sirène », comme un maelström auquel il est dur de résister : monde de corruption, d’épaves et de paumés. Pour cette balade à fleur de peau, Jean-Claude Lauzon a trouvé les couleurs et le ton justes, entre poésie et naïveté, entre angoisse sourde et violence ouverte, en humour glacé et grand rire libérateur. Une vraie écriture cinématographique, à découvrir d’urgence.