Archive for juillet, 2015

0

Bandini


BandiniDécembre 1928, une petite ville du Colorado. Arturo Bandini a douze ans et deux passions le base-ball et Rosa, • une camarade d’école. Mais les temps sont durs, en cette veille de Noël, pour cette famille d’émigrés italiens. Svevo, le père, a perdu son emploi de maçon, et Maria, la mère, doit supplier l’épicier de lui faire crédit. Tout bascule le jour où Svevo trouve un travail chez une riche veuve, Mme Hildegarde… Le premier roman autobiographique de John Fante a été admirablement adapté par Dominique Deruddere. Il a su rendre parfaitement l’atmosphère de l’époque et l’émotion de cette histoire simple aux personnages plus qu’attachants. Pour les interpréter, il a fait appel à Michael Bacall (exceptionnel en Arturo Bandini), à une Ornella Muti sans fard (une nouvelle carrière s’ouvre devant elle), à une toujours aussi splendide Faye Dunaway et à un Joe Mantegna («Engrenages», «Parrain d’un jour») «gigantesque». S’il manque cette petite touche de génie qui fait les chefs-d’œuvre, ce «Bandini» reste un film bouleversant à ne pas rater…

Retour vers le futur 2e partie

Retour vers le futur2De retour du passé, où il a donné un coup de pouce au destin en unissant… ses propres parents, Marty se voit, cette fois, obligé de faire un saut dans le futur (toujours en compagnie de l’ineffable «Doc» Brown), afin d’empêcher son futur rejeton de commettre un hold-up qui ruinera son avenir et celui de sa famille. Mais un incident de parcours fait que, lorsque les deux hommes reviennent au présent, celui-ci a été changé, et en nettement pire. Il leur faut donc retourner dans le passé, à l’époque du premier «Retour vers le futur» exactement, pour éliminez l’incident qui a sa source dans le futur et rétablir le présent tel qu’il devrait être. Comme si ce n’était pas suffisamment compliqué, ils devront faire attention à ne pas croiser leurs doubles du premier épisode, eux-mêmes revenus du futur, etc. Ce deuxième épisode d’une saga délirante (qui explore avec intelligence plusieurs thèmes de prédilection de la science-fiction voyages dans le temps, mondes parallèles, uchromies, etc.) est un feu d’artifice : rythme, humour, retournements de situations, gadgets… Zemeckis et Spielberg font feu de tout bois et n’ont qu’une ambition : distraire. Ils y parviennent avec virtuosité et trouvent même le moyen de terminer ce deuxième épisode par un gag génial, qui nous fait attendre la suite avec impatience.

0

Delta fête Rambo sur le Rhin


Une cassette double diamant pour «Rambo 3», ça se fête. Mireille et Michel Poirier, les heureux éditeurs de la saga des. «Rambo», avec le célébrissime Stallone, ont organisé pour l’occasion, du 25 au 27 novembre, un week-end de détente et de loisirs sur le Rhin, en Allemagne. L’équipe de Delta Vidéo a tenu à associer à ce voyage tous ceux qui, depuis des années, ont cru en la réussite de la société et ont participé au développement du label Delta. Mireille et Michel Poirier ont ainsi voulu remercier Bell Howell, le distributeur des cassettes Fuji en France, les laboratoires de duplication Socam, Télétota, Eclair et Telcipro, les journalistes ainsi que les vidéoclubs et les grossistes qui leur ont fait confiance. Après une traversée de la Belgique en car, les invités ont embarqué, à Düsseldorf, à bord du tafia pour une croisière de deux jours à la découverte des merveilles du Rhin. Au cours du voyage, les participants ont pu visiter Cologne, métropole rhénane célèbre pour sa cathédrale gothique, flâner dans les ruelles typiques de Linz et connaître la vallée romantique, ses châteaux et le rocher de la Lorelei. La soirée de gala et de remise des trophées, sur le Britania, a permis à Michel Poirier d’annoncer quelques bonnes nouvelles pour la société. Dans un souci de croissance, Delta Vidéo a changé d’actionnaires et a choisi un nouveau partenaire majoritaire, Super Club, groupe belge fortement engagé dans divers secteurs de l’industrie du film et de la vidéo. Les -activités de Super Club couvrent, entre autres, la distribution de films et de cassettes, l’acquisition des droits cinéma et vidéo ainsi que la distribution de ces droits au niveau mondial. Delta termine l’année 1989 en beauté. L’attribution d’une cassette double diamant (12 millions de francs de CA) pour «Rambo 3» conforte la position de Delta en tant qu’éditeur indépendant face aux majors compagnies.Rambo 3 En effet, Delta Vidéo a vendu plus de 150 000 cassettes de «Rambo 3» et a réalisé un chiffre d’affaires, vente et location confondue, de près de 15 millions de francs sur ce titre. Pendant la soirée, d’autres trophées ont été remis aux représentants de cette dynamique société. «Double détente», de Walter Hill avec Arnold Schwarzenegger et James Belushi, a obtenu une cassette de platine, «Heros», avec Chuck Norris, «Salsa», «Karaté tiger», avec Jean-Claude Van Damme, et «L’arme absolue» ont reçu une cassette d’or. Delta Vidéo ne compte pas s’endormir sur ses lauriers en 1990 et prévoit d’ores et déjà de nombreux titres musclés pour l’année prochaine. «Cyborg», avec Jean-Claude Van Damme, «Messager de la mort», avec Charles Bronson, «Platoon leader», avec Michael Dudikoff, sont attendus dans les vidéoclubs. L’éditeur prévoit également les sorties de «Un cri dans la nuit», avec Meryl Streep, prix d’interprétation féminine au Festivals de Cannes 89, «Men’s club», réunissant entre autres Roy Scheider, Treat Williams et Harvey Keitel, et «Cat’s eye» d’après Stephen King. Par ailleurs, Delta a acquis les droits de films importants (en préparation ou en tournage) qui alimenteront le catalogue sur 90-91. Au programme : «Highlander 2» avec Christophe Lambert, «Russia house» avec Sean Connery, «Dinosaurs» avec Gene Hackman et Mikhail Baryshnikov, «Desperate hours» de Michael Cimino, le réalisateur de «L’année du Dragon», avec Mickey Rourke, «Fourth war» avec Roy Scheider… Une programmation alléchante qui promet de grands moments.